Quel joint utiliser pour un robinet de radiateur ?

Comme tout appareil de chauffage, le radiateur n’échappe pas aux pannes, notamment à cause de la présence d’air dans la tuyauterie que l’on peut résoudre à l’aide d’une purge manuelle. Mais l’échangeur thermique peut aussi voir ses performances réduites lorsque le robinet se bloque au début du cycle, et qu’il est impossible de le débloquer malgré les efforts entrepris. Dans ce cas, il ne reste qu’à opérer un remplacement de robinet.

Et c’est là qu’intervient justement un aspect très important : en matière de sanitaire et en chauffage, l’étanchéité de chaque élément est une question impérative. Le bon raccord de la robinetterie de radiateur est incontournable pour assurer l’étanchéité de la canalisation et la performance de l’appareil. D’ailleurs, les joints jouent un rôle primordial en plomberie comme en chauffage, permettant d’assurer l’étanchéité des raccords et de la robinetterie. Sur le marché, il existe plusieurs familles de joints, et il est important de bien choisir le joint adapté à la robinetterie de votre radiateur. Voici quelques conseils pour choisir votre joint robinet radiateur.

Le joint à fibre vulcanisée pour l’étanchéité de chauffage et plomberie eau chaude eau froide

Le joint à fibre vulcanisée est l’un des joints d’étanchéité les plus utilisés en plomberie et en chauffage. Ce joint robinet radiateur est couramment sollicité pour assurer l’étanchéité les circuits d’eau froide et d’eau chaude, et ce, pour sa très grande résistance aux températures (de -30 °C à 80 °C) et aux pressions (10 bars au maximum). Régulièrement utilisé pour les raccords par serrage mécanique, le joint robinet radiateur est un joint d’entrée de gamme qui doit être changé régulièrement (tous les deux à trois ans) en raison de sa durée de vie la courte. Sur les installations soumises à des vibrations permanentes, deux ans suffisent pour entraîner des fuites au niveau du joint. Enfin, les joints en fibre vulcanisée, de couleur rougeâtre, existent en deux versions : les joints étroits que l’on utilise essentiellement pour l’étanchéité des robinetteries, et les joints larges pour équiper les ouvertures de chauffage.

Le joint blanc (PTFE) ou bleu (CNK Watts) pour l’étanchéité des installations de gaz ou vapeur

Beaucoup de professionnels utilisent aussi le joint bleu CNK Watts (Caoutchouc Nitrile Kevlar) pour les installations de gaz et de vapeur. Le CNK est fabriqué à partir de kevlar, un composé haut de gamme reconnu pour sa haute résistance en température (400 °C au maximum) et en pression (100 bars au maximum). Le joint CNK Watts est composé aussi de liant NBR qui lui vaut d’être prisé pour assurer une très bonne étanchéité dans les installations de gaz. Notons d’ailleurs que ce joint de couleur bleue est agréé Gaz de France (GDF).

Le joint PTFE (polytétrafluoroéthylène) est, quant à lui, très utilisé pour l’étanchéité des appareils de chauffage à gaz. Très durable, ce joint de couleur blanche est cependant moins résistant en température (250 °C) que le joint bleu CNK Watts, mais cette lacune est largement compensée par sa grande résistance aux produits chimiques. En effet, les joints en polytétrafluoroéthylène résistent brillamment à la plupart des fluides chimiques, avec une résistance à la pression très élevée (jusqu’à 100 bars). Preuve de son efficacité, le joint PTFE est de plus en plus utilisé comme joint fourni avec les chaudières à gaz.

Quelques conseils pour choisir et entretenir un joint robinet radiateur

Tout d’abord, il faut savoir que, quelle que soit sa nature, le joint robinet radiateur se détériore rapidement dans le temps, ce qui peut occasionner des fuites. Ainsi, il convient de contrôler régulièrement les raccords équipés de joints. De plus, si vous intervenez sur un raccord pour un entretien, vous devrez toujours y installer un joint robinet radiateur neuf.

Lorsque vous manipulez l’installation, évitez de serrer rudement le raccord mécanique équipé d’un joint à fibre vulcanisée. En effet, l’origine d’une fuite peut être située en dehors du raccord. Notons aussi que certains types de joint robinet radiateur accumulent de l’humidité et peuvent gonfler au bout de quelques heures. Ainsi, en cas de micro-fuite, un simple coup de clé (de quelques degrés) sur le raccord mécanique peut parfois résoudre le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.